Presse

Voici un florilège de tous les articles ou émissions
(dont nous avons connaissance) sur le Théâtre À La Place.

Pour intégrer d’autres documents, contactez nous sur theatrealaplace@gmail.com

Un billet de Brigitte Ernst
http://www.liege.ecolo.be/2012/?p=1901#more-1901

communiqué d’urbagora sur le projet de démolition du théâtre À la place et de réaménagement de la place de l’yser:

La démolition du théâtre de la place de l’Yser, on (re)commence par la fin

Communiqué, 16 décembre 2013La Ville de Liège semble est décidée à agir vite dans le dossier de feu le Théâtre de la place : le Conseil communal de ce 16 décembre 2013 doit voter sur la démolition du bâtiment de la place de l’Yser.Nous nous interrogeons sur les raisons qui justifient de prendre une décision à ce propos dès à présent, compte tenu de l’absence, à notre connaissance, de réel projet pour l’aménagement de la place. Rappelons en effet que, dans le Master plan commandé par la Ville pour la requalification de l’espace public de la place de l’Yser et alentours, la démolition du théâtre est considérée comme une donnée du problème, un préalable au travail d’étude. Le seul degré de liberté laissé au bureau d’étude a consisté à lui permettre d’envisager ou non la conservation du parking souterrain situé sous l’actuel bâtiment du théâtre. La possibilité de conserver le bâtiment n’a jamais été étudiée.
Dans ces conditions, le risque de perdre (ou de devoir reporter) un subside régional à la démolition ne nous semble pas un argument suffisant pour précipiter une décision dans ce dossier.Car, même si ce bâtiment a été conçu comme un hébergement provisoire pour l’ancien Théâtre du Gymnase, expulsé de son site historique par les démolitions de la Place Saint-Lambert, il n’en demeure pas moins toujours debout. Et si les techniques, l’isolation ou les châssis sont de toute évidence dépassées, les structures portantes sont quant à elles intactes : les dalles de béton et autres colonnes métalliques n’ont pas perdu leurs propriétés mécaniques de portance.Une rénovation lourde est donc techniquement envisageable ; la question de son coût et du bénéfice de cette solution semble avoir été, par principe, exclue dès le départ du débat. On peut lister les principaux problèmes que connait aujourd’hui le bâtiment : plusieurs défectuosités de l’étanchéité de couverture, un manque d’étanchéité des façades réalisées en éléments de béton autoclavé léger, une isolation insuffisante, comme pour tous les bâtiments de cette époque. Les solutions techniques existent. Il est tout à fait envisageable de procéder à un renouvellement de l’étanchéité, associé à une nouvelle isolation renforcée, qui peuvent résoudre le problème de la toiture. Les parois du bâtiment et de la cage de scène pourraient quant à elles être sur-isolées par l’extérieur et revêtues d’un nouveau parement. En ce qui concerne les techniques, un rééquipement complet serait sans nul doute nécessaire, mais le tout est de voir quel niveau de confort on souhaite et à quels usages on destine le bâtiment.
À une époque où la réduction de l’empreinte énergétique grise est plus que jamais un enjeu écologique et économique (le coût de construction d’infrastructures neuves a cru de façon substantielle au cours des dernières années et va vraisemblablement continuer à croître), dans un contexte aussi où la dépense publique doit être optimisée, dans un paysage culturel liégeois qui manque de lieux d’expression, notamment dans le domaine des arts de la scène, nous sommes convaincus, la possibilité de conserver le bâtiment devrait être étudiée avant de valider sa démolition.
Les faits ont prouvé que l’inutilité présumée du bâtiment à la suite du départ du Théâtre de la place était lettre morte : sitôt abandonné, sitôt repris. Il est bien connu que les petites compagnies de théâtre cherchent désespérément et continuellement des lieux de travail, des lieux de répétition. Il en va de même  pour les groupes de musiciens. Pourquoi ne pas aménager le lieu pour répondre à une pratique culturelle qui y est déjà présente, plutôt que de créer des ensembles culturels vides de programme ou de projet culturel ?Nous nous posons en outre une série de questions, auxquelles, selon nous, le Conseil communal devrait être en mesure de répondre avant de prendre une décision irréversible dans ce dossier.
  • Combien de temps le « provisoire » va-t-il, cette fois-ci, durer ? Les seuls aménagements prévus pour l’heure, dans la foulée des démolitions, sont en effet la sécurisation (le murage) du parking, la réalisation d’une étanchéité par asphaltage de la dalle et une remise à niveau des terres jusqu’à son sommet. Aucun plan d’aménagement n’existe à notre connaissance.
  • Quelles seront les conséquences de l’imperméabilisation annoncée de toute la surface du parking (laquelle dépasse celle du bâtiment actuel) ? Flaques, boue, problèmes en sous-oeuvre et impraticabilité des lieux seront-elles évitées ?
  • Quels dispositifs seront mis en oeuvre pour empêcher cette dalle supérieure d’être utilisée comme parking sauvage ?
  • Quel usage de cet espace pourra être fait par les habitants du quartier ? Cette dalle pourra-t-elle, par exemple, voir la tenue de manifestations publiques, et dans quelles conditions ?
  • Quelle est la durée de vie estimée de cet aménagement transitoire ?
  • Sera-ce l’opportunité de tester des aménagements potentiels pour la conception du futur espace public ?
  • Qu’est ce qui va être mis en place pour le développement d’un espace public de qualité ? Un concours d’architecture sur base du master plan est-il envisagé ?
  • Quel en sera le calendrier ?

En conclusion, il est difficile d’émettre un avis sérieux et crédible sans pré-étude ; c’est valable pour tout le monde, dans ce cas-ci ; tant pour ceux qui veulent démolir que pour ceux qui veulent conserver le bâtiment.

Il faut en tout cas dépasser l’idée préconçue et simplifiée selon laquelle « créer un lieu de quartier » passe par la table-rase. Peut être le bâtiment retravaillé dans ses relations au sol et « ses visages », pourrait il devenir le pôle de réflexion sur l’espace public, dont il serait le prolongement.Il faut ajouter que l’emprise du parking, qui occupe au moins 1/3 de la surface de la place, est aussi pesante que celle du bâtiment actuel qui est hermétique sur trois de ses quatre faces. Une solution globale devrait être recherchée pour le boulevard de la constitution en même temps que la place de l’Yser, à tout le moins.
D’un point de vue méthodologique, il semble donc prématuré de prendre une décision sur le futur du bâtiment , alors qu’il y aura un projet d’aménagement de la place : pourquoi ne pas intégrer la réflexion sur l’avenir du théâtre dans ce projet et laisser se développer différents scénarios ? Et si l’on veut un projet qui a du sens sur cette place, il faut pouvoir jouer avec tous les paramètres sans les tronquer.
Aloys Beguin, architecte, enseignant à la Faculté d’architecture de l’ULg, titulaire avec Georges-Eric Lantair, de l’Atelier «Master n° 5 : XXe/reconversion», qui mène pour le moment une étude sur le thème «Et pourquoi ne pas garder le théâtre de la place ?»
 

Olivier de Wispelaere, ingénieur-architecte, président de l’Assemblée générale d’urbAgora, co-animateur du groupe de réflexion sur Outremeuse «Île citoyenne» (ICI)

http://www.lalibre.be/regions/liege/la-place-de-l-yser-refait-debat-52b127323570105ef7d6c18e

Un article du PSL :
http://www.socialisme.be/psl/archives/2013/12/01/liege.html

Un chouette reportage de TV Maastricht :

Pas un mot sur le TALP mais la moitié des images le montrent (sous tous les angles), un monteur ami se serait infiltré à RTC ? :
http://www.rtc.be/reportages/262-general/1458288-liege-quel-avenir-pour-la-place-de-lyser

La réponse de Willy à notre communiqué de soutien au CSOA Passe Partout :
http://www.willydemeyer.be/articles/squat-du-batiment-occupe-par-passe-partout

La libre : (avenir de la place de l’Yser)
http://www.lalibre.be/regions/liege/place-de-l-yser-ca-cafouille-528302cb3570ea593dba2489

Un article de la revue recto verso sur le teatro Valle de Rome et le TALP par Sam Lonck (en flamand) :
http://www.rektoverso.be/artikel/bezet-de-theaters-geef-ze-terug-aan-het-volk
Et sa traduction anglaise : rektoverso english

Quai des Belges – Arte – 12 Octobre 2013

http://www.youtube.com/watch?v=d0KWrgxDU6E

48 fm Interview de Sarah sur l’atelier Contact Improvisation Danse :

Bouchonmag 3 Octobre 2013 :

http://bouchonmag.be/2013/10/03/places-aux-theatres/

LeSoir.be 1er Octobre 2013 :

http://www.lesoir.be/330108/article/culture/2013-10-01/theatre-place-n-est-pas-mort

Reportage audio d’Eric Cooper (journaliste chez RCF) :

rA9vxf

L’avenir.net 30 Septembre 2013 :

http:::www.lavenir.net:article:printarticle.aspx?articleid=DMF20130930_00368356

Reportage RTC 27 septembre 2013 :

http://www.rtc.be/reportages/culture/1457238-theatre-a-la-place-squat-culturel

RTBF.be 26 Septembre 2013 :

Démolition du Théâtre de la Place: visite d’un huissier et d’entrepreneurs – RTBF Regions

Today in liège 25 septembre 2013 :

 L’ancien Théâtre de la Place est maintenant squatté

« Nous constatons qu’un théâtre est vide… » C’est sur cette base, expliquée sur le mur du bâtiment de la place de l’Yser, que des squatteurs occupent actuellement l’infrastructure de l’ancien Théâtre de la Place fraîchement déménagé place du 2O-Août. D’ailleurs, dans la perspective de l’inauguration de la semaine prochaine, ni le directeur du Théâtre de Liège (ainsi rebaptisé) ni les services du bourgmestre n’ont la tête à se préoccuper de ce nouveau squat à vocation artistique.

Depuis le 6 septembre, des pièces un peu improvisées s’y jouent, des répétitions musicales s’y tiennent et une petite vie d’organise autour de l’ancienne grande salle vidée de ses sièges. Entre des repas et une cafétéria à prix libre, des toilettes sèches nauséabondes, une friperie, des expositions… des acteurs du conservatoire en manque de lieux de répétition et de création y croisent des habitués d’un autre squat de la rue Hocheporte, des musiciens en répétition, des personnes qui zonent un peu, des sympathisants français ou des organisateurs du Kino Liège

Les squatteurs souhaitent simplement occuper le lieu avant sa destruction programmée au mois de mai. Mais des questions se posent quant à la sécurité de l’endroit qui n’est plus alimenté en eau (et donc son système anti-incendie est inopérant) et dont l’électricité pourrait être coupée prochainement.

« Depuis notre dernier rendez-vous avec M. Minet, chef de cabinet de M. Demeyer, où nous avions convenu de la remise en fonction de l’alimentation en eau du circuit incendie (hydrans), les discussions sont au point mort. Ni M. Demeyer ni M. Minet ne prennent contact directement avec nous, mais nous apprenons par voix détournées que le bourgmestre n’est pas hostile à notre occupation sous certaines conditions », affirment ceux qui se sont rebaptisés « Théâtre à la place ».

Alter echos 20 Septembre 2013
Le théâtre à la Place (ré)-investi Alter Echos – Le fil d infos – Vendredi 20 Septembre 2013

L’info circule aussi sur Wallonie Libertaire :
https://wlibertaire.wordpress.com/2013/09/10/theatre-a-la-place-liege/

L’entonnoir 8 Septembre 2013 :

http://www.entonnoir.org/blog/2013/09/08/nous-voulons-faire-se-percuter-art-vivant-avec-art-de-vivre/

48fm 7 Septembre 2013Interview Anni et Gab :

Le soir  7/8 Septembre 2013 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 réactions à Presse

  1. alain a écrit:

    « espace public »…
    pourquoi ne pas motiver tous les intervenants: publics et politiques autour d’une large réflexion sur la vocation essentielle de cet espace: un lieu de communication, de convergence des voies (voix?), d’échanges et d’expression?
    Sur cette base le Talp pourrait lancer une invitation à « projet concerté » à tous les intervenants: dans le souci de faire prévaloir l’intérêt collectif.
    Mobilisatrice tant à l’échelle locale que sur le plan urbanistique, cette initiative confirmerait le sens et la place du Talp

  2. Ludovic a écrit:

    Une dalle d’étanchéité. Sans doute une manière de rendre propre la tabula rasa tant désirée par certaines instances politiques.

    C’est affligeant a quel point la Ville de Liège se rend étanche aux possibilités de créer des espaces vert, ouvert aux habitants et passants de tout types : humains, animaux, végétaux, … le temps, les saisons, les changements, les mouvements … Encore une fois, cette dalle d’étanchéité nous montre à quel point la Ville préfère s’abandonner à une forme stagnante plutôt que d’ouvrir ces espaces aux « énergies renouvelables ». Habitants et graminées, agissant délibérément dans le sens d’une émulation créative d’espaces de rencontres et d’inventions, doivent-ils forcément être classés dans la catégorie des mauvaise herbes? Ces mêmes herbes qui ont souvent des propriétés médicinales.

    Je suis contre cette dalle d’étanchéité et contre un ville gruyère à bagnoles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>